• Subiect: Résumé: Un des traits les plus importants du débat d’idées contemporain est celui du rapport entre histoire et mémoire. Favorisée par les changements intervenus dans les modalités de la conanissance du passé (la perte de confiance dans les grandes narrations historiques, l’incertitude quant à l’existence d’un sens de l’histoire, le manque de légitimité des anciennes idéologies qui avaient inspiré les interprétations du passé etc.), la résurgence des mémoires – précipitée, d’autre part, par la chute des régimes communistes de l’Europe de l’Est – a donné naissance à une véritable «guerre des mémoires». En Roumanie aussi, le renversement historique intervenu en 1989 par la chute du communisme a entraîné une forte avancée mémorielle, qui a fait renaître des souvenirs enfouis ou délibérément occultés, comme la résistence anticommuniste, la mémoire du Goulag et, non en dernier lieu, l’Holocauste (Shoah). Vivement débatus, voir contestés, ces événements ont fini, tant bien que mal, par être acceptés et intégrés à l’histoire roumaine, notamment, grâce au changement de générations parmi les historiens roumains.
  • Limba de redactare: română
  • Vezi publicația: Zargidava - Revistă de Istorie
  • Loc publicare: Bacău
  • Anul publicaţiei: 2014
  • Referinţă bibliografică pentru nr. revistă: XIII; anul 2014
  • Paginaţia: 210-217
  • Navigare în nr. revistă:  |<  <  18 / 28   >  >|