• Subiect: Résumé: Juste après le déclenchement de la Grande Guerre, chacun des deux camps, l’Entente et les Puissances Centrales, exerça des pressions pour s’associer les Etats restés momentanément en dehors du conflit, dont également la Roumanie. Bien que cette dernière eût signé un traité d'alliance avec l'Austro- Hongrie en 1883, renouvelé ultérieurement, en 1913, le Conseil de la Couronne réuni à Sinaïa (le 21 juillet/le 3 août 1914) considéra que Vienne n’avait pas respecté les clauses du traité, en enfreignant par là les conditions imposées par casus foederis. Le Conseil de la Couronne décida, à une écrasante majorité, la neutralité de la Roumanie, une neutralité active, à expectative armée, afin de défendre ses frontières. Cette décision représentait, au fond, un premier pas vers la séparation d’avec les Puissances Centrales; le gouvernement roumain dirigé par Ion I.C. Bratianu continua cette politique, en concluant la Convention russoroumaine, le 18 septembre/le 1er octobre 1914. C’était le début d’une activité diplomatique intense, qui devrait surmonter bien des obstacle
  • Limba de redactare: română
  • Vezi publicația: Zargidava - Revistă de Istorie
  • Loc publicare: Bacău
  • Anul publicaţiei: 2014
  • Referinţă bibliografică pentru nr. revistă: XIII; anul 2014
  • Paginaţia: 110-123
  • Navigare în nr. revistă:  |<  <  11 / 28   >  >|