• Subiect: L'auteur analyse du point de vue deux imprimés rares, apprises aux fonds d'archives eclesiastiques: 1. Photius „Bibliotheca sive Myriobiblon. Epistolae”, Augusta Vindelicorum, 1601, editions princeps grecques, soignées et glosées d'helléniste allemand Davidus Hoeschellius „Augustanus”; 2. „Novum Testamentum Graece”, Leipzig, 1859, editions L. Fr. C. von Tischendorf („editio septima critica minor”). Dans le cadre de l'aspect filigranologique on rélève le caractère tipographique utilisé — „Le Garamond”. On met en évidence, en même temps, le rôle qui a eu le contenu du livre jusqu'à la période moderne et la circulation de l'exemplaire ennoubli avec un inédit ex libris de la bibliothèque de Sorbonne.En ce qui concerne les editions tischendorfiennes du Nouveau Testament greque, on souligne le rôle et la place de „editio septima critica minor", qui précède „editio octava critica major” — le chef d'oeuvre d'exegese biblique, mais des editions critiques de base de tous les editions critiques modernes du Nouveau Testament grecque.
  • Limba de redactare: română
  • Vezi publicația: Muzeul Naţional
  • Anul publicaţiei: 1975
  • Referinţă bibliografică pentru nr. revistă: II; anul 1975
  • Paginaţia: 417- 422
  • Navigare în nr. revistă:  |<  <  54 / 84   >  >|