• Subiect: Alléguant comme prétexte un événement artistique, la décoration de l'escalier d'honneur du Château de Peleş avec les figures des ancêtres allemands du roi Charles I par les célèbres peintres autrichiens Franz Matsch et Gustav Klimt, on essaya à surprendre, d'une perspective généalogique, l'effort pour une légitimité du premier monarche roumain, en suivant les actions des deux principaux acteurs: le peuple roumain (par ses représentants) et le roi même. En vue d'une efficiente intégration du prince étranger, en fonction du moment historique prévalant, les élites roumaine ont accentué, au fur et mesure, les racines napoléoniennes de celui-çi pour le faire accessible un peuple de sa origine latine - après celles prusiennes - pour le présenter, descendant de Frédéric le Grand, comme un continuateur d'élite des réformes iluministes - en suite celles impériales mimiques - par l'identification avec l'empereur Trajan i l devenait Fondateur - et en fin, vers le crépuscule de son règne, celles protoroumaines - comme suite de l'assencion de la doctrine de la roumanitée. En parallèle, malgré sa sensibilité pour les influences exercitées au tour de lui et devant faire certaines concessions pendant les moments de pression idéologique, Charles I a prouvé une remarcable constance concernant l'affirmation de son ascendance allemande. Les valeur héritées de ses ancêtres allemands - le respect des lois, le sens du devoir, la nonabdication devant les obstacles etc.. - ont constitué ses sacres repères qui l'ont guidé dans toutes ses actions et qui ont été considérés suffisantes pour l'imposer a ses sujets.
  • Limba de redactare: română
  • Vezi publicația: Muzeul Naţional
  • Anul publicaţiei: 2001
  • Referinţă bibliografică pentru nr. revistă: XIII; anul 2001
  • Paginaţia: 128-136
  • Navigare în nr. revistă:  |<  <  16 / 34   >  >|