• Subiect: L'auteur base ses considérations concernant la forme, le décor, les possibilités de datation, la diffusion en Dacie et l'origine des édicules funéraires sur un nombre de 71 monuments, dont 40 sont publiés et 31 inédits. Les édicules funéraires comportant trois parois et un toit — à deux pentes ou en forme de voûte — ouvertes à, la partie antérieure. Elles sont différentes des constructions funéraires de dimensions plus grandes — mausolées. Dans la Dacie Supérieure une seule aedicula s'est conservée toute entière, celle découverte à Micia (Veţel, district Hunedoara), les autres étant seulement quelques toits et un grand nombre de parois. Celles-ci ont les deux faces décorées ou seulement la face intérieure. Le champ ornamental est divisé, quelques fois, en registres, et la plupart des murs ont une large bordure, sans décorations, en une marge. Les parois de l'édicule ont un riche répertoire figuratif: l'image des décédés, le banquet funéraire, des personnages mythologiques, des éléments symboliques, des scènes de la vie quotidienne. L'auteur considère, faisant les réserves imposées par l'hypothèse, que l'aedicula, comme forme sépulcrale, pénètre dans la Dacie Supérieure du nord de l'Italie, par l'entremise des provinces avoisinnantes Norique et Pannonie au milieu du II-ème siècle n.è., environ. Le type le plus ancien de la province au nord du Danube, c'est l'édicule funérarire à parois décorées des deux côtés. En parallèle se diffuse aussi le type à une seule face décorée, type qui continue aussi pendant le siècle suivant. A la fin du II-ème siècle et surtout au commencement du III-ème siècle se répand le type à champ ornamental divisé en deux ou trois registres. Dans le stade actuel des recherches il parait que ce type a été créé ici et qu'il est spécifique à la Dacie.
  • Limba de redactare: română
  • Vezi publicația: Muzeul Naţional
  • Anul publicaţiei: 1974
  • Referinţă bibliografică pentru nr. revistă: I; anul 1974
  • Paginaţia: 13 - 22
  • Navigare în nr. revistă:  |<  <  3 / 35   >  >|