• Subiect: Les Fouilles de Bucureştii Noi Secteur de Străuleşti - Lunea Les fouilles archéologiques de Străuleşti- Lunea, commencées l'automne de l'année 1960, ont eu pour but l'étude des restes d'une station datant de la période de passage au féodalisme (VIe-VIIe siècles), endommages par des excavations occasionnelles. Les recherches ont permis d'identifier 16 habitations reparties sur une surface de près de 3.000 m2 et, à une distance de ~O m des premières, 4 habitations groupées sur une surface de près de 156 m2• Il est probable que les logements avaient été autrefois beaucoup plus nombreux, toutes des huttes a demi enfouies dans le sol. Les habitations, de forme approximativement rectangulaire et de dimensions réduites (2 m./3 m. environ), sont pourvues d'un four dont le foyer en fer à cheval est élevé sur une base de terre réservée. Habituellement, le four est aménagé en partie en dehors du logement, mais il arrive parfois qu'il se trouve à l'intérieur, dans le coin nord-est. La présence d'un four rond pourvu d'une fosse, ainsi que celle de restes d'autres exemplaires du même type, les réfections dont les fours en fer à cheval ont visiblement fait l'objet, certaines superpositions de logements, enfin, autorisent l'opinion qu'il aurait existé deux ou plusieurs étapes d'habitation se succédant à bref intervalle. Les fouilles n'ont livré ni outils, ni objets d'aucune sorte hormis la céramique, ni fosses ménagères, ni os d'animaux en quantité appréciable: aussi est-il impossible de préciser la nature des occupations de la population qui a habite le site. A proximité des fours on a récolté un abondant matériel céramique, consistant en poterie façonnée au tour perfectionne (40% environ) ou à la main (60%), parmi laquelle les pots sont largement représentes et les plateaux ne manquent pas. L'établissement à caractère villageois de Străuleşti-Lunca appartient au groupe culturel dénomme dernièrement civilisation de Ciurel ; il présente surtout des analogies marquées avec les établissements de Căţelu Nou et de Militari- Cîmpul Boja. S'appuyant sur le matériel céramique qui d'une part, par la céramique façonnée au tour, révèle le caractère autochtone d'influence romano-byzantine et d'autre part, par celle faite à la main, atteste un contact avec la culture propre aux populations slaves primitives, les auteurs inclinent à attribuer l'établissement de Străuleşti-Lunca a une population locale qui se serait développée à partir de la seconde moitié du VIe siècle et au cours du VIIe siècle, c'est-à-dire a une époque postérieure à la venue des Slaves sur le territoire de l'ancienne Dacie. En dehors des restes d'habitations des VIe-VIIe siècles, on a relevé également de faibles vestiges de la première époque du fer. Deux fosses circulaires et une quantité assez considérable de fragments céramiques éparpilles pourraient appartenir à la station du IIIe siècle dont la présence a été relevée dans le voisinage, a Măicăneşti. Secteur d' Alba A l'occasion des recherches de surface entreprises sur la rive gauche de la rivière Colentina au cours de l'année 1958, on a découvert sur le terrain de la ferme d'état "Mogoşoaia" à Băneasa, au nord-est de l'unité n° 20 de l'entreprise "Ceramica", des fragments céramiques datant de la période du féodalisme ancien. Un sondage archéologique effectue en automne 1960 a démontré l'existence en ce point d'une riche couche de culture matérielle d'époque féodale. Dans la partie nord du fosse de 154 m de longueur qui traverse le terrain a proximité du lit de la Colentina, vers la route Băneasa-Străuleşti, on a découvert des huttes enfouies dans le sol (B1 et B2). La hutte 1 avait la forme d'un rectangle aux cotes mesurant 2 m 80 X 2 m 60 et aux angles légèrement arrondis. Dans l'angle SE se trouvait l'entrée, localisée par une marche, et dans l'angle NE les restes d'un four en forme de fer à cheval, aménage dans un bloc de terre réservée et surmonte d'un rebord en terre mélangée de paille. La hutte avait été détruite par un incendie. La seconde hutte, située a 5 m 50 de la première, était également rectangulaire, ses cotes mesurant 4 m 50 X 4 m 25. Les restes d'un four-cheminée de forme prismatique, ayant l'ouverture dirigée vers le nord, étaient visibles dans l'angle 50. Le four était couronne d'un rebord sur lequel des vases et des morceaux de pierre se trouvaient poses au moment de l'effondrement de la hutte. En démontant le four, on tomba sur la coupole d'un second four, aménage sous le premier et s'ouvrant vers l'ouest dans une fosse creusée a 0 m 40 sous le plancher de la hutte. Le mobilier archéologique des deux habitations consiste presque exclusivement en céramique, laquelle peut être repartie en deux groupes : vases façonnes a la roue par action manuelle, d'une pâte mélangée de sable et de menus cailloux, et décores d'ornements incises, et vases façonnes pareillement, mais dans une pâte de meilleure qualité et lustres extérieurement. Cette dernière catégorie de céramique se trouve en proportion de 40% dans la hutte B1 et de 37°/0 dans B2. L'écart considérable entre les dimensions des deux huttes, les solutions différentes que l'on y constate pour le problème de l'entrée et celui du four, enfin certaines différences en ce qui concerne leur céramique prouvent que ces deux habitations correspondent à deux étapes distinctes et que la hutte B2 a connu a son tour deux phases d'aménagement. L'établissement féodal d'Alba a été date à la fin du IXe siècle et dans la première moitié du Xe siècle. Il ressort des recherches effectuées que ses habitants s'occupaient surtout d'agriculture et du travail des métaux. Secteur de Măicăneşti Sur la rive gauche de la rivière Colentina, a 200 m environ à l'ouest de la ferme collective "8 Mars" de Băneasa, des fouilles de sauvetage ont été entreprises dans un établissement de l'époque féodale au cours du mois de novembre de l'année 1960. Les travaux ont mis au jour les restes d'un village des XVe-XVIe siècles, qui surmontaient une riche couche de culture appartenant a la période de la migration des peuples (IIIe-IVe siècles). On a découvert trois huttes enfoncées dans le sol, dont deux étaient en partie détruites par les excavations récentes d'une carrière. Il s'agit de logements de forme rectangulaire, creuses a 0 m 65-0 m 75 sous le niveau du sol d'alors. L'inventaire archéologique en est pauvre et en entier a l'état fragmentaire. Le matériel céramique, date d'après ses analogies avec les découvertes de Tîrgşor et du "Marche aux Fleurs" de Bucarest, permet de conclure que l'établissement féodal de Străuleşti a connu une étape d'habitation s'étendant du XVe siècle jusque vers le milieu du XVIe siècle. Comme objets métalliques, on a trouvé deux lames de couteaux et une pointe de flèche en forme de bulbe, ainsi qu'une monnaie émise en 1556 par Sigismond II Auguste pour la Lituanie. La site renferme une quantité considérable de fosses a aliments et d'os d'animaux, d'où l'on peut conclure que ses habitants pratiquaient l'agriculture et l'élevage.
  • Limba de redactare: română
  • Secţiunea: Rapoarte de săpături
  • Vezi publicația: Cercetări arheologice în Bucureşti
  • Anul publicaţiei: 1963
  • Referinţă bibliografică pentru nr. revistă: I; anul 1963
  • Paginaţia: 77-138
  • Navigare în nr. revistă:  |<  <  5 / 11   >  >|