Săpăturile arheologice de la Căţelu Nou

  • Subiect: Les fouilles archéologiques commencées à Căţelu Nou en 1960 ont été continues pendant les années 1961 et 1963-1964. Les résultats obtenus au cours de ces campagnes sont les suivants: dans la zone intérieure du promontoire situe sur la rive droite de l'étang de Colentina-Pantelimon, on a découvert une hutte enfoncée dans le sol datant de la période de passage du néolithique â l'âge du bronze. D'après la poterie exhumée (fig. 5-8), cette hutte a été assignée a l'horizon (civilisation) Folteşti II. Etant donne que des matériaux du type de ceux découverts dans la hutte de Căţelu Nou ont été assignées par certains auteurs à la civilisation de Cernavodă, l'auteur engage une discussion autour des découvertes de la Dobroudja, dont la conclusion est que la poterie du point b (le tell) de Cernavoda appartient, elle aussi, â l'horizon Folteşti II et non à une phase de la civilisation de Cernavodă. Sur le cote ouest du promontoire de Căţelu Nou on a découvert une hutte enfoncée dans le sol et une fosse ménagère appartenant au complexe Glina III Schneckenberg. Certains éléments de forme et de décor permettent d'en assigner la poterie a la seconde phase (B) de ce complexe. On a trouvé également, dans la fosse ménagère, une écuelle en terre glaise néolithique caractéristique pour la phase Gumelniţa I (fig. 10). C'est pour la seconde fois que l'on relevé une situation de cette nature dans l'aire de diffusion et les établissements de la civilisation de Glina. L'auteur estime qu'il s'agit de l'enfouissement (peut-être rituel) d'objets trouves et repousse l'hypothèse, formulée par certains auteurs, d'un synchronisme - partiel - des civilisations de Gumelniţa et de Glina. La phase Căţelu Nou, la plus ancienne de la civilisation de Tei, identifiée en 1960, a été amplement illustrée par les fouilles des années 1961-1964. Outre les restes de trois huttes de surface, on a découvert six fosses-alvéoles que l'auteur attribue aux représentants de la phase "La stejar" de la civisation de Tei. Le rapport de fouilles insiste surtout sur la technique d'exécution du décor et sur certains motifs décoratifs qui confèrent a la phase Căţelu Nou une note spécifique (fig. 15-21). L'auteur formule également certaines hypothèses sur le passage du procède des poinçonnements successifs, utilise durant la phase ancienne de la civilisation de Tei, au procède de la "Stichkanaltechnik", qui apparaît sous les phases ultérieures de cette civilisation, ainsi que sur la manière dont s’est produit le remplacement de certains ornements de la phase Căţelu Nou par d'autres ornements relevés a partir de la phase Tei. La vie a continué sur le promontoire de Căţelu Nou durant la troisième phase ("La stejar") de la civilisation de Tei. Une hutte de dimensions importantes datant de cette phase est considérée par l'auteur comme un abri pastoral collectif. Parmi l'inventaire de la hutte, il convient de mentionner une faucille en bronze (fig. 28) qui semble être une transposition en métal du couteau en pierre incurve (Krummesser). Parmi un amas de fragments céramiques incendies du type "La stejar", on a découvert - en association avec des restes de la troisième phase de la civilisation de Tei - les fragments d'un vase de la phase Monteoru II a (fig. 26), qui soulevé de nouveaux problèmes relatifs au développement synchrone des deux civilisations de l'âge du bronze attestes sur le territoire de la R. P. Roumaine. D'âpres certains caractères de la poterie récoltée (fig. 23, 25, 27, 29-30), l'auteur estime que, à Căţelu Nou, c'est une étape plus ancienne de la phase "La stejar" qui a ete découverte. En 1963 on a fouille une nouvelle hutte contenant de la poterie semblable a celle découverte en 1960 et attribuée, alors, a un facies ancien de la civilisation de Glina. Maintenant, par l'abondance de son contenu, la nouvelle découverte a engage l'auteur a revenir sur cette opinion Et, s'étayant sur les éléments de forme et de décor de la poterie (fig. 31), a assigner les huttes mises au jour a la période terminale de l'âge du bronze, a une étape finale - la dernière, peut-être - de la civilisation de Tei. Toujours en 1963, on a découvert une seconde hutte de la première époque de L'âge du fer, renfermant de la poterie caractéristique pour le Hallstatt ancien, phase B, en rapport peut-être avec l'horizon H A. Sur le côte ouest du promontoire, d'autre part, on a découvert des fragmentes céramiques (par exemple, des fragments d'écuelles au bord évase et des fragments décor es de cercles imprimes unis par des tangentes, fig 33/4) qui ne sont pas apparus dans les huttes, cependant qu'une fosse La Tene a livré aussi des restes de coupes à anse du type ansa cornuta (fig. 34). Toutes ces découverts semblent indiquer l'existence de trois niveaux d'habitation hallstattienne dans la station de Căţelu Nou, niveaux distincts du point de vue typologique, mais non identifies stratigraphiquement. En ce qui concerne l'établissement La Tene geto-dace, les fouilles de 1961-1964 ont mis au jour quatre nouvelles huttes enfoncées dans le sol (fig. 36), propres au premier niveau de l’établissement, et huit habitations de surface faisant partie du second niveau. Parmi les habitations de la première catégorie, il faut remarquer la hutte n° 8, appartenant à un maître forgeron. L'extension des fouilles a permis de connaitre de façon plus précise la topographie de l’établissement Gète et d’en définir le caractère. L'établissement la Tene de Căţelu Nou était probablement un centre tribal dont les membres pratiquaient l'agriculture, l’élevage et l'artisanat, établissement à caractère rustique prononce et non pas un centre artisanal, commercial ou politico-militaire. Il se situe chronologiquement entre le IIIe siècle av.n. è. et le seuil de notre ere, lorsqu'il semble que la communauté Gète ait évacue le promontoire de Căţelu Nou dans les circonstances dramatiques provoquées par l'expédition romaine de l'an 6 n. è. conduite par· Aelius Catus. Le site de Căţelu Nou a été habite pour la dernière fois aux VI e – VII e siècles n. è., cette habitation appartenant au complexe Ciurel-Ipoteşti-Cîndeşti. Au cours des campagnes de 1961-1964, trois nouvelles demi-huttes sont venues accroître le nombre des cinq demi-huttes mises au jour en 1960, sans que ces nouvelles découvertes aient apporte d'éléments nouveaux pour la connaissance de la culture des populations locales d'origine romaine des VIe-VIIe siècles.
  • Limba de redactare: română
  • Vezi publicația: Cercetări arheologice în Bucureşti
  • Anul publicaţiei: 1965
  • Referinţă bibliografică pentru nr. revistă: II; anul 1965
  • Paginaţia: 11-75
  • Navigare în nr. revistă:  |<  <  3 / 7   >  >|