Şcolile confesionale româneşti în perioada comitatului Bistriţa-Năsăud (1876-1918)

  • Subiect: Les écoles confessionnelles roumaines ont été organisées conformément à la législation libérale du début du dualisme austro-hongrois: la Loi des nationalités et la Loi de l'enseignement de l'année 1868. Jusqu'en 1918, nombre de lois et d'arrêtés ministériels ont concerné, eux-aussi, la problématique de l'enseignement, le point culminant étant l'arrêté de 1917 visant la création de «la frontière culturelle». Par exemple, la Loi XXVIII de 1876, la Loi XVIII de 1879, la Loi XXVI de 1893, la Loi XXVII de 1907, surnommée « la Loi Apponyi». Cette étude concerne les écoles confessionnelles roumaines du comitat de Bistriţa-Năsăud, mais sous certains aspects elle vise aussi les écoles de l'espace de l'actuel département de Bistriţa-Năsăud, autrefois situées dans les comitats de Solnoc-Dabâca et de Cluj. Ces écoles se subordonnaient au diocèse du comitat où elles se trouvaient: les écoles confessionnelles gréco-catholiques au Diocèse de Gherla ou à l'Archevêché d'Alba-Iulia et de Făgăraş, et les écoles confessionnelles orthodoxes à la Métropolie de Transylvanie. Ainsi, le droit d'inspection était attribué au prêtre-directeur, à l'archiprêtre et aux inspecteurs diocésains, mais aussi aux autorités du comitat: l'inspecteur scolaire et la commission administrative du comitat.
  • Limba de redactare: română, franceză
  • Secţiunea: Istorie
  • Vezi publicația: Revista Bistriţei
  • Editura: Accent
  • Loc publicare: Cluj-Napoca
  • Anul publicaţiei: 2006
  • Referinţă bibliografică pentru nr. revistă: XX; anul 2006
  • Paginaţia: 249-281
  • Navigare în nr. revistă:  |<  <  20 / 31   >  >|