• Subiect: Dans une communauté composée par des allemands, des roumains, des juifs et des hongrois, qui menaient leur vie en harmonie, vers la fin du XIXe siècle, le divertissement reçoit une connotation sociale et publique, ces groupes, pendant les jours de fête, voulant prouver un à l’autre la beauté de leurs traditions ancestrales et de leurs coutumes religieusement gardées de génération en génération. Leur passe-temps était rempli de promenades à pied ou en coche, des sorties au théâtre ou au cinéma, de la fréquentation des terrasses, des restaurants et des cafés, quelques-unes très appréciés par le public. Les bals étaient organisés dans la grande salle de l’Association des Maîtres Artisans, au Gewerbeverein, à la « Casina » ou au Cercle Militaire et aux quelques restaurants de la ville : Central, Braedt, Bombardir, Hofmann, la terrasse de l’hôtel « König von Ungarn » ou dans les maisons de quelques notables. Par la mise à disposition de son espace l’hôte gagnait du prestige et des commentaires élogieux. C’était coutumier de commencer ces réunions par un spectacle artistique. Les organisateurs élaboraient des invitations qui contenaient le programme de la soirée ou des appels à des dons pour des causes publiques. Les bals avaient aussi le but de montrer des nouvelles tenues, faire preuve d’élégance, organiser l’entrée dans la société des progénitures, les jeunes ou leur parents pouvant contracter des fiançailles ou des noces, et plus anciens pouvaient se divertir avec des nourritures et des boissons de choix ou de jeux de hasard à la mode. L’élément commun était la distraction, la bonne humeur et l’affirmation sociale.
  • Limba de redactare: română, franceză
  • Vezi publicația: Revista Bistriţei
  • Editura: Publicat de: Accent
  • Loc publicare: Cluj-Napoca
  • Anul publicaţiei: 2013
  • Referinţă bibliografică pentru nr. revistă: XXVII; anul 2013
  • Paginaţia: 211-224
  • Navigare în nr. revistă:  |<  <  18 / 25   >  >|