• Subiect: Après la fin de la première guerre mondiale, en Roumanie interviennent des changements sur le plan social et politique, ceux-ci se répercutant aussi sur le nouveau statut juridique de la communauté juive et menant finalement à une intensification du phénomène antisémite. Au début l'initiative appartient aux "vétérans" des courants antisémites dont le représentant A.C.Cuza se distingue comme un promoteur de la doctrine nationaliste-chrétienne en Roumanie. Cuza devient le plus conséquent théoricien et propagateur de l'antisémitisme, dans la presse, à l'université, dans la vie politique et dans les manifestations publiques. Dans le cadre de l'antisémitisme pratiqué par A.C.Cuza on peut distinguer quelques phases évolutives. Dans la première phase, qui s'étend jusqu'à la première guerre mondiale, les arguments choisis sont liés aux facteurs économiques, ethniques et culturels, l'élément religieux étant presque inexistant. Après 1918, la doctrine de Cuza emprunte les éléments à la nouvelle conjoncture. Résumée en 10 thèses fondamentales, la doctrine met l'accent sur l'unité de la race, du "sang" et de la religion chrétienne, mais aussi sur l'impératif d'une mobilisation générale en vue de vaincre l'ennemi. La théorie soutenue par Cuza n'a pénétré dans la vie politique roumaine que pendant les années 30. Quelques-unes de ses idées deviendront en fin de compte des éléments de la politique d'état.
  • Limba de redactare: română, franceză
  • Secţiunea: Studii şi articole
  • Vezi publicația: Sargetia-Acta Musei Devensis
  • Editura: Astra
  • Loc publicare: Deva
  • Anul publicaţiei: 1999-2000
  • Referinţă bibliografică pentru nr. revistă: XXVIII-XXIX-2; anul 1999-2000; subtitlu: Acta Musei Devensis
  • Paginaţia: 399-402
  • Navigare în nr. revistă:  |<  <  35 / 54   >  >|