• Subiect: A l'âge tardif du Bronze et au début de 1'âge du Fer on peut documenter archéologiquement une "infiltration" graduelle de quelques éléments culturels (ethniques?) d'origine balkano-danubienne vers le sud, durant la période qui correspond à la phase tardive et, puis, à l'effondrement de la civilisation mycénienne et de la puissance hittite. En Macédoine (les habitats d'Assiros et de Kastanas), de même que dans 1'île de Thassos (la nécropole de Kastri), les infiltrations venant de la Thrace commencent avec les éléments de la culture de Zimnicea-Plovdiv dans les limites du Helladique Récent (=HR) III B ct continuent avec ceux du complexe Noua-Sabatinovka-Coslogeni vers la fin du HR III B et au début du HR III C (Kastanas). Au centre et au sud de la Grèce, les éléments intrus qui peuvent être mis en relation avec le complexe de Noua-Sabatinovka-Coslogeni (la poterie non-mycénienne d'Athènes et de Korakou, "Handmade Burnished Ware" de Mycènes, "Barbarian Pottery" de Menelaion-Sparte), et, probablement, avec ·un groupe culturel "Pre-Babadag" (groupe II de la poterie non-mycénienne de Korakou surtout) apparaissent à la suite des destructions de la fin du HR III B. Ceux-ci peuvent être datés surtout dans une courte période du début de la phase HR III C. Au sud et à 1'est de la mer de Marmara, au nord-ouest de 1'Anatolie, le seul site où on a attesté archéologiquement cette pénétration est l'habitat VII b de Troie, dont le commencement est daté, d'après la chronologie actuelle, plus courte, au HR III C plus évolué ou même tardif. La présence des vestiges de type Zimnicea-Plovdiv (Noua-Sabatinovka-Coslogeni) et/ou Radovanu indique d'une part que ces cultures existaient encore ce temps-là (correspondant surtout au niveau Troie VII b1) et d'autre part que la pénétration de ces éléments vers 1'Asie Mineure s'est passée à un certain retard par rapport à la Macédoine et à la Grèce. Si on tient compte du fait que le niveau Troie VII b2 a été attribué à la période submycénienne et protogéométrique, il faut admettre que la céramique de la culture de Babadag, surtout celle à ornement imprimé, de la phase III (de même que la céramique apparentée de type Cozia, Insula Banului, Pšeničevo), qui ne se rencontre plus en Grèce, est, certainement, post-mycénienne. La pénétration à Troie de la population qui a fabriqué cette céramique a été possible, probablement, dans les nouvelles conditions géopolitiques consécutives à la chute des puissances mycénienne et hittite dans l'espace égéo-anatolien. A propos d'une hypothèse plus ancienne de N.K. Sandars, l'auteur met an discussion le problème de la possibilité des relations maritimes entre la population de la région istro-pontique et le monde égéen dans la période en question. On peut s'interroger si les découvertes plus récentes de l'île Avsa de la mer de Marmara pourraient indiquer une station sur cette route. Les problèmes mis en discussion dans cet ouvrage ont été présentés largement dans les communications La fin de l'âge du bronze au Bas Danube et le monde mycénien (151 International Interdisciplinary Symposium "The Periphery of the Mycenaean World", Lamia, Grèce, Septembre 1994) et Some Connections between Northern Thrace and Asia Minor during the Late Bronze and Early Iron Age (International Symposium "Thracians and Phrygians: Problems of Parallelism", Ankara, June 1995). Ces communications sont à paraître dans les Actes de ces symposiums.
  • Limba de redactare: română, franceză
  • Secţiunea: Studii şi materiale arheologice
  • Vezi publicația: Memoria Antiquitatis
  • Editura: Complexul Muzean Judeţean Neamţ
  • Loc publicare: Piatra Neamţ
  • Anul publicaţiei: 1997
  • Referinţă bibliografică pentru nr. revistă: XXI; anul 1997; subtitlu: Acta Musei Petrodavensis
  • Paginaţia: 115-130
  • Navigare în nr. revistă:  |<  <  4 / 39   >  >|