• Subiect: Fibules des IIIe ET VIe siècles de N E. découvertes par les fouilles archéologiques de Militari A l'extrémité nord-est de la commune de Militari, sur la rive droite de la Dîmboviţa, se trouve un terrain dénomme "Cîmpul Boja" qui a fait l'objet de fouilles archéologiques au cours des années 1958-1960 et 1961. Les travaux effectues ont mis au jour des matériaux appartenant à l'âge du bronze et au Hallstatt, ainsi que deux établissements de la période de passage au féodalisme. Dans l'établissement du IIIe siècle, on a trouvé dans les demi-huttes nos 1, 2, 7 et 11, ainsi que dans une fosse ménagère de grandes dimensions, plusieurs fibules en bronze et en argent du type "à pied ramené par en dessous". Dans l'habitation no1 on a trouvé une fibule a "genoux". Les fibules à pied ramené par en dessous sont reparties par l'auteur en plusieurs catégories : La première catégorie comprend des fibules dont le ressort, bilatéral, est de section circulaire (pl. 1/1-5), ainsi que le pied replie formant porte-agrafe. Cette catégorie de fibules présente des analogies avec une série de pièces trouves a Tei, Poeneşti, Chilia, Tîrgşor, ainsi qu’à Alaltjan (R. P. Magyare). La seconde catégorie comprend des fibules du même type que les précédentes, mais qui, contrairement à celles-ci, ont un ressort plat, de section rectangulaire (pl. 1/6-8). Des analogies existent avec des exemplaires trouves a Tei, en différents points de la R. P. Magyare et a Gorodosk Nicolajwska sur le Dniepr. La troisième catégorie est représentée par une fibule au pied ramené par en dessous dont le ressort est courbe, présentant une face dorsale convexe et une face ventrale concave. Ce type peut être rapproche de certaines fibules trouvées dans la R. P. Magyare, en Galicie, en Pologne, en Bohème et dans la partie orientale de l'Allemagne. La fibule a "genoux", dont les fouilles de Miliatari n'ont fourni qu'un unique exemplaire, est en bronze et se trouve à l'état fragmentaire. Son ressort présente une courbure douce et une arête longitudinale, terminée par un pied très court pourvu a son extrémité d'un bouton. Le porte-agrafe est fixe à même le pied. La tète consiste en une plaque demi-circulaire terminée par un bouton au niveau de sa largeur maximum. Des analogies pour cette pièce sont signalées dans les collections de l'Institut d'Archéologie, du Musée National d'Antiquités, du Dr. Severeanu, ainsi qu'en Pannonie et en Crimée (pl. 1/10). Outre les fibules décrites, on a trouvé un fragment de plaque (pl. 1/11) ayant peut-être fait partie d'une fibule en voie de confection, à moins qu'il ne s'agisse d'un déchet. La détermination chronologique du type de fibule à pied ramené par en dessous s'appuie sur une monnaie de Trajan Dèce (249-251) trouvée parmi le matériel de Tei, sur les découvertes de Poeneşti et de Chilia, enfin sur les autres matériaux de Militari associes a ces fibules, éléments datant tous du milieu du IIIe siècle. En ce qui concerne la provenance des fibules, on constate que les niveaux ou elles ont été trouvées appartiennent a un milieu de Géto-Daces libres entretenant des relations d'échange avec les Romains et influences dans leur culture matérielle par ceux-ci, d'où il est permis de déduire que la population autochtone des Géto-Daces libres a adopte ces pièces de chez les Romains. La fibule a "genoux" date du milieu du JIIe siècle, ainsi qu'il résulte des conditions de la découverte de la pièce de Militari, à savoir parmi l'inventaire d'une habitation (la demi-hutte no 1) renfermant de la céramique assignable au milieu du IIIe siècle. L'établissement du VIe siècle de n. è. a fourni, de son cote, deux fibules en bronze, toutes deux à l'état fragmentaire. La première est caractérisée par un ressort plat, décore sur sa face dorsale, et par un pied légèrement bombe, également décore (pl. II/1). La seconde fibule est pourvue d'un ressort demi-circulaire à section rectangulaire. Le ressort, dont il ne s'est conserve qu'un fragment réduit, est bilatéral et décore sur sa face dorsale. Le pied, en forme de plaque rectangulaire, est également décore et fait fonction de porte-agrafe a l'une de ses extrémités (pl. 11/2). Ces fibules offrent des analogies avec des pièces découvertes à Histria, avec d'autres pièces faisant partie des collections de l'Institut d' Archéologie et du Musée National d'Antiquités, ainsi qu'avec des exemplaires signales dans la nécropole de Suuk-Su (U.R.S.S.). Ce sont ces analogies qui ont permis de dater les deux fibules en question du VIe siècle de n. è.
  • Limba de redactare: română
  • Secţiunea: Studii şi prelucrări de materiale
  • Vezi publicația: Cercetări arheologice în Bucureşti
  • Anul publicaţiei: 1963
  • Referinţă bibliografică pentru nr. revistă: I; anul 1963
  • Paginaţia: 373-403
  • Navigare în nr. revistă:  |<  <  11 / 11   >  >|