• Subiect: La lutte politique dans la région de Năsăud a compris plusieurs étapes. Dans une première étape, entre 1869-1896, les habitants de Năsăud ont appliqué la tactique de passivité, sans être en mesure d’empêcher l’élection des candidats hongrois. Entre 1896-1914 les habitants de Năsăud ont adhéré à la tactique militante (l’élection d’un député du gouvernement) parce que l’un des candidats du gouvernement était roumain, Ion Ciocan. Si en 1869 les habitants de Năsăud ont placé les intérêts nationaux au-dessus de la sphère privée (qui se manifeste par l’existence des propriétés et du district), en 1896 ils ont placé principalement les intérêts locales (qui consiste en existence des propriétés des gardes-frontières et du gymnase). Il s’agit d’une conception individualiste, mais aussi d’un pragmatisme politique, affichée par les habitants du District de Năsăud qui mettaient l’intérêt personnel au-dessus de l’intérêt national. Il faut mentionner aussi que si en 1869 les roumains espéraient que le double système politique sera rapidement aboli, la maintenance du système dualiste en 1896 a incité les habitants du District de Năsăud à la prudence et à une approche plus souple, destiné principalement à protéger leurs intérêts. Une fois le mouvement national en Transylvanie passé à l’activisme, on a essayé à Năsăud mais, sans succès, d’imposer un candidat du Parti National Roumain. Interrompu pendant la première guerre mondiale, le combat politique a éclaté à nouveau à la fin de la guerre la sagesse politique des concurrents et des électeurs étant à nouveau testées.
  • Limba de redactare: română, franceză
  • Vezi publicația: Revista Bistriţei
  • Editura: Publicat de: Accent
  • Loc publicare: Cluj-Napoca
  • Anul publicaţiei: 2012
  • Referinţă bibliografică pentru nr. revistă: XXVI; anul 2012
  • Paginaţia: 203-215
  • Navigare în nr. revistă:  |<  <  13 / 28   >  >|