• Subiect: Désireux, après la répression du soulèvement de Horea, Cloşca et Crişan d'assurer en Transylvanie à la fois le calme et l'encaissement régulier des impôts des paysans, l'Etat a commencé à l'été de 1785 un grand recensement foncier. Malgré leurs limites, les actes qui résultent de cette action offrent une image de la situation de la paysannerie du Pays de Haţeg en l'année 1785. Il ressort de l'étude que les rapports entre les seigneurs et leurs sujets n'étaient pas réglementés par un „urbarium", ni par d'autres formes de contrats ou d'accords. Les contrats et les accords ne sont mentionnés qu'isolement, lorsque les paysans sont devenus les sujets d'un seigneur à une date plus récente, contrairement à la masse des paysans soumis depuis des temps immémoriaux. Suit l'analyse de la culture du sol (en assolement biennal), des fenaisons, des forêts et des occupations complémentaires des habitants de certains villages, telles que le travail aux moulins à foulon, aux moulins à eau et dans les exploitations forestières. La tenure n'est pas définie de manière précise dans le Pays de Haţeg, mais varie d'un paysan a l'autre. Parfois les paysans reçoivent, pour la cultiver, de la terre de la réserve seigneuriale. Les obligations des paysans ne sont pas uniformes, elles non plus, mais différent d'un village à l'autre et d'un maître à l'autre.
  • Limba de redactare: română, franceză
  • Secţiunea: Istorie
  • Vezi publicația: Sargetia-Acta Musei Devensis
  • Editura: Publicat de: Întreprinderea Poligrafică Cluj
  • Loc publicare: Cluj
  • Anul publicaţiei: 1971
  • Referinţă bibliografică pentru nr. revistă: VIII; anul 1971; subtitlu: Acta Musei Devensis
  • Paginaţia: 107-113
  • Navigare în nr. revistă:  |<  <  12 / 27   >  >|